Bridges

À venir…

Coming soon…

Advertisements

NEW: Kobe – an interreligious stroll

Kanda Kenji sensei, professeur au NCC Center, a présenté la ville portuaire de Kobe comme un melting-pot multireligieux. Il a été prêt à guider sur place à travers une mixité et densité de lieux de culte les plus divers. Petit tour d’horizon :

Kanda Kenji sensei, professor at the NCC Center, gave a lecture about the harbour city of Kobe as a multireligious melting-pot. He had kindly accepted to guide across the most various places of worship you can find here. Let’s take a walk!

Les bulbes bleus de l’église orthodoxe (vit un œcuménisme intra-orthodoxe surprenant) / The blue bulbs of the Orthodox Church (with a surprising intra-orthodox ecumenism)

La sobriété de l’Eglise Baptiste (fondée par les Américains) / The sobriety of the Baptist Church (founded by the Americans)

La présence religieuse et culturelle de la communauté indienne (spécialisée dans le commerce des perles) / The religious and cultural presence of the Indian community (specialised in the trade of pearls)

La luminosité de l’église catholique de Chuo (remplace les 3 églises du centre détruites lors du tremblement de terre) / The light of the Catholic Church of Chuo (replaces 3 churches of the city centre destroyed during the earthquake of 1995)

La solidité de la mosquée (a résisté aux bombardements américains comme au tremblement de terre de 1995) / The solidity of the mosque (resisted American bombings as the earthquake)

Le méconnu Jain Tempel (peut-être le plus exotique) / The ignored Jain Temple (perhaps the most exotic)

Le secret de la Synagogue (Kobe a accueilli un grand nombre de réfugiés juifs durant la 2ème guerre mondiale grâce à Chiune Sugihara, premier consul japonais en Lituanie) / The secret of the Synagogue (Kobe received a great number of Jewish refugees during WW2 thanks to Chiune Sugihara, Japanese consul in Lithuania)

La tradition de la Kobe Eiko Church (reconstruit à l’identique comme emblème de Kobe) / The tradition of the Kobe Eiko Church (rebuilt identically after the earthquake as an emblem of Kobe)

L’ancienneté de l’église de l’United Church of Christ (première église protestante 1874) / The oldness of the church of United Church of Christ (first Protestant church 1874)

La modernité du temple bouddhiste (révolutionnaire pour 1943) / The modernity of the Buddhist temple (revolutionary for 1943)

26M
Buddhist Tempel – Kobe

Et finalement les couleurs de Chinatown (parmi les plus grands du Japon) / And the colours of Chinatown (one of the biggest in Japan)

Fake?

Est-ce pour de vrai ? Pour les Japonais la copie ou l’imitation se conçoit plus comme chez nous une citation. C’est autant un honneur pour l’original que pour la copie. Il en est ainsi pour les bâtiments. De ce fait, il y a bon nombre de bâtiments qui imitent, par exemple, une église sans en être. Et cela même en dehors des omniprésents « Wedding Churches » (intégrées dans un restaurant ou un hôtel pour vivre un mariage à l’européenne).

Partons donc à la recherche des églises entre Osaka et Kobe…

Is it or is it not? For the Japanese to copy or to imitate something is more conceived as a quotation. It is as much an honour for the original as for the copy. Even for buildings. So a lot of constructions imitate a church structure, for example, without being anyone. Of course there are everywhere the “Wedding Churches” (mostly in a restaurant or a hotel to live a marriage in a European way). But even so …

Together, let’s go looking for churches between Osaka and Kobe …

Ceci n’est pas une église…  /  This is not a church …

Ceci non plus…  /   This either …

C’est une église? Oui, c’en est une!  /  It is a church? Yes, it is one!

Et là? Ce sont vraiment des églises…  /  And there? These are really churches …

 

 

 

 

Inculturation chrétienne à la japonaise.  /  Christian enculturation in Japan.

Il n’y a pas que des églises sur la route du pèlerin.  /   There are also other places than churches on the pilgrimage way.

Un nouveau vieux château et une rue de temples bouddhistes à Amagasaki / A brand-new old castle and a Buddhist temples street à Amagasaki:

 

 

Un sanctuaire shinto à  Nishinomia  /  A Shinto Shrine at Nishinomia:

26M
Main Gate, Shinto Shrine – Nishinomiya
26M
Praying at a Tori, Shinto Shrine – Nishinomiya

Et pour terminer le chapitre: Ceci n’est pas la Suisse… quoi que, presque…
And to finish this blog: This is not Switzerland… But somehow?!

Sunday life

26M
Leaving Osaka on a Sunday

Aujourd’hui vivons au rythme du dimanche ! J’assiste à l’Office anglican à la Kawaguchi Christ Church, avec une belle liturgie priante, suivi du repas communautaire : udon, bouillon aux nouilles japonaises.

Today – Sunday program! I attend the Anglican Mass to Kawaguchi Christ Church, with a prayerful and beautiful liturgy, followed by a common meal: udon, Japanese noodle soup.

L’après-midi, traversée d’Osaka, avec un passage à l’église d’Umeda « Sacra Familia ». « La messe sur le monde » (Teilhard de Chardin), c’est ce qui traverse mon esprit, en voyant la représentation Cène devant des camions et des taxis qui passent.

Dans cette Paroisse bien vivante avec activités et discussions intenses dans toutes les salles et une fête colorée pour couples et familles à l’entrée, je fais quelque peu E.T. avec mon sac-à-dos vert fluo et mes grosses chaussures de marche. Rencontre chaleureuse avec le Padre Miguel Angel, un espagnol.

In the afternoon, before leaving Osaka, I arrive in the Church of Umeda “Sacra Familia”. “The Mass on the world” (Teilhard de Chardin) is what crosses my mind, by seeing the representation of the Last Supper… with trucks and taxis passing in the background.

In this Parish full of live, with activities and intense debates in all rooms and a coloured fiesta for couples and families at the entrance hall, I seem like an E.T. with my heavy rucksack and my big walkers. Kind meeting with Padre Miguel Angel, of Spanish origin.

26M
Passing the Yodo River – Osaka

Across the Castle Area

26M
Splendour of the Osaka Castle

Aujourd’hui quelques chemins de traverse – historiques. Tout d’abord le château d’Osaka – 大阪城. Haut-lieu de l’histoire japonaise à deux reprises : au début du shogunat lors de la prise du pouvoir par Tokugawa Ieyasu en 1615 et à la fin du shogunat lors des guerres civiles à la Restauration de Meji en 1868. Maint fois détruit par le feu, une reconstruction des années 30 lui donne le lustre d’antan.

Today some historical crossroads. First of all the castle of Osaka – 大阪城. Centre of Japanese history twice: at the beginning of the shogunate by Tokugawa Ieyasu’s taking power in 1615 and at the end of the shogunate during the civil wars in the Meiji Restoration in 1868. Burnt down many times, a reconstruction of the 30ies gives him back his former splendour.

26M Osaka
Medieval castle in the 21st century

Puis le musée d’histoire d’Osaka tout proche permet de se plonger dans la vie de tous les jours, depuis les temps classique par la période Edo jusqu’à aujourd’hui.

The very close Osaka Museum of History jumps into the everyday life through the ages, from the classical times, through the Edo period until today.

Et finalement un tout autre regard : l’histoire toujours, mais l’histoire de l’église qui se trouve comme concentré dans la cathédrale voisine – カトリック玉造教会. Reconstruite en 1963, consacrée à Marie, elle présente deux personnages illustres du Japon, également du temps des 26 martyrs : Hosokawa Gracia, de famille noble devenue chrétienne, elle refuse d’abandonner sa foi et va mourir héroïquement. Et Takayama Ukon, daïmio et chrétien lui-aussi, il va passer par la kénose, dessaisi de son pouvoir et de ses biens, et finalement exilé à Manille à cause de sa foi.

And finally a completely different point of view: still history, but church history concentrated in the nearby cathedral – カトリック玉造教会. Rebuilt in 1963, dedicated to Mary, it shows also two well-known Christian personalities from the same period as the 26 martyrs: Hosokawa Gracia, from a noble family, she became Christian and died in a heroic way. And Takayama Ukon, daimio and also Christian, passing through a kenosis, his power and his property taken away, and finally banished to Manila because of his faith.

Dead End

26M
Dead end way stoping at the moat of Osaka Castle

Sakai est l’unique cul de sac (dead end) du chemin des 26 martyrs, la seule fois où l’on revient sur ses pas ! C’est en effet dans cette ville portuaire que la décision tombe : Les prisonniers sont à amener à Nagasaki où ils seront suppliciés.

Sakai is the one and only dead end on the route of the 26 martyrs, the only time when they backtrack! It is indeed in this harbour city where the decision has been taken: The prisoners have to travel to Nagasaki to be executed.

 

De la route d’Osaka à Sakai subsistent quelques traces historiques, entre autre le long de l’actuel Hankai Tramway Uemachi Line.

From the ancient road from Osaka to Sakai remain some historical traces, so along the current Hankai Tramway Uemachi Line.

26M
Chu-Mon, Inner Gate of the Shitennoji Tempel – Osaka

Deux temples sont à traverser : Shitennoji  avec sa pagode à cinq étages et à l’arrivée Myokokuji.

 

Two temples are crossed: Shitennoji with his 5stored pagoda and Myokokuji at the arrival point.

 

Sakai est aussi le lieu de séjour et de prédication de saint François-Xavier, reçu dans cette ville par un riche marchand. On y trouve un jardin public à son nom : ザビエルご公園 – « Xavier Park ». Même si plaque commémorative met plus en avant l’échange culturel que l’annonce de l’Evangile !

 

Sakai was also the place where saint Francis Xavier preached the Gospel, he was received in this city by a rich trader. A public park takes his name: ザビエルご公園 – “Xavier Park”. Even if the commemorative plaque seems more concerned by the cultural exchange between Japan and Europe than by the announcement of the Gospel!